vendredi 26 avril 2013

Nous les filles, on se projette.

C'est vrai en amour, c'est vrai pour le reste aussi. Il suffit de nous lancer, et je crois qu'en général, on arrive assez facilement à se laisser emporter par notre imagination. Ou suis-je la seule à être grave à ce point ?

Il me suffit de penser "travail", et je m'y vois déjà : si j'étais dans ce lieu, je ferais ceci, mon bureau serait comme cela. Quand on a un projet, comme des vacances avec des amis, quand j'ai l'idée de faire un plat, quand j'envisage d'acheter une fringue, etc...

En amour surtout, inutile de tenir de long discours. D'ailleurs, cela me rappelle cet article d'Ovary (qui m'a d'ailleurs inspiré le titre de cette note) :
« On est comme ça, nous les filles. On fait des plans sur la comète, on se projette dans vos vies avant même de se projeter dans vos bras. Tu parles d’une projection. Finir les fesses au sol, les coudes amochés et de la pitié envers soi-même, en prime d’atterrissage. »
Je trouve que cela résume si parfaitement les choses.

Et pourtant, on fonce à tous les coups.

Et en ce moment, il me suffit de penser "Rennes, déménagement, Bretagne" et...
Je regarde, de temps à autre, les appartements dans l'agglomération rennaise. Je songe à la décoration, je me vois déjà en train de boire un thé ou un chocolat chaud devant mes séries l'hiver, ou recevoir mes amis dans mon cocon. Je me dis que ça serait vraiment cool d'y avoir assez de place pour faire tourner mon cerceau, et même y accueillir quelques petits nouveaux. J'ai fais une estimation des dépenses que j'aurai et de l'argent que je pourrai avoir.
Je me dis également que je pourrais souvent voir mon frère - si toutefois il reste sur Rennes - et ma petite belle-soeur, ma douce amie et son époux, avec leur fils et "la chouquette" (non, ça ne veut pas dire que c'est une fille, on ne le sait pas encore) qui arrivera bientôt et dont je serai marraine. Ma famille sera bien plus près.
Et je pourrai y rencontrer un breton. Celui-ci, je n'aurai pas besoin de le convaincre de venir vivre en Bretagne au moins ! (Il ne manquerait plus qu'il rêve de venir vivre à Nancy... Grmblblbl...)
Enfin, je me dis aussi que Rennes c'est dynamique, et que les livres ça marche mieux en Bretagne qu'en Lorraine. Alors qui sait, peut-être y trouverai-je plus facilement un travail.
Bref, je m'y vois déjà. Je vois ça comme un nouveau départ, et je mise beaucoup sur ça. J'espère juste ne pas déchanter comme je l'ai fais en entrant dans la vie active où, comme on dit ♪ je m'voyais déjà en haut de l'affiche ♫ mais où je ne m'imaginais surtout pas avoir autant de difficultés à trouver un emploi. Ce n'est pourtant pas faute d'en avoir vu galérer avant. Mais passons...

Se projeter, dans le fond, je crois que ça me va bien. J'ai toujours eu besoin de rêver un peu, et quitte à passer pour une folle, je vous avoue que je me fais parfois des scénarios dans ma tête avant de m'endormir ou quand je m'ennuie dans les transports, ça me détend, ça me fait sourire. Je m'imagine vivre ou revivre de bons moments avec des amis, j'imaginais ma rencontre avec mon le Versaillais, etc... Cela ne signifie pas que je me fais du mal ou que je n'ai pas le sens des réalités, je fais une très nette distinction entre mes rêves et la vérité. Mais quand je me projette, je crois que ça m'aide à me battre. Et si j'échoue, et bien je me relève et je repars à la guerre.

Comme elle.

La première photo vient de ce tumblr et la seconde photo vient de ce blog. First picture comes from this tumblr and second picture comes from here.

mardi 23 avril 2013

Au Cœur du Grand Nancy

Le Cœur du Grand Nancy.
Je passe devant cette sculpture tous les jours, ou presque. La première fois que je l'ai vu, j'étais partagée entre interrogation et moquerie. Oui, ce sont des cœurs, pourquoi ? C'est glauque. C'est de l'art ? Et puis on trace son chemin tous les jours, on ne voit plus vraiment les choses auprès desquelles on passe quotidiennement, ça fait partie du paysage.
Ce matin, près de 8 ans après l'avoir vu pour la première fois, j'ai remarqué à nouveau cette sculpture et j'ai eu envie de me renseigner un peu à ce sujet. Je me suis dis que j'en parlerais aussi ici, à la base je voulais surtout pointer les cœurs du doigt.
Quand je vous dis, c'est VRAIMENT un cœur.
Et en fin de compte, j'ai compris le pourquoi du comment. (C'est très français tout ça.)
Je pensais à un rapport plus ou moins éloigné avec Le Transi de Ligier Richier, ou alors à un hommage aux cœurs des soldats tombés pour la France durant les Guerres mondiales.
Le Transi, visible à Bar-Le-Duc.
En réalité, Le Cœur du Grand Nancy est une oeuvre de Jorge Orta conçue en 2003 et inaugurée à l'occasion des World Transplant Games (Jeux Mondiaux des Transplantés), des sortes de "jeux olympiques" mettant la transplantation à l'honneur. On peut également trouver, sous cette sculpture, une charte du don rédigée par les collégiens de la région.

Voilà pour la petite histoire. :)
Mais quand même... des cœurs. Pas les mignons petits ♥, des vrais cœurs, des veines et des artères. Miam...

J'ai trouvé la première photo ici et la seconde est une photo de Thierry25 trouvée là. J'ai pris la photo du Transi sur la page Wikipedia de l'oeuvre.
I found the first picture here and the second is a picture by Thierry25 I found here. I took the picture of Le Transi on Wikipedia.

mardi 16 avril 2013

Le premier tag du blog !

Taguée par Lady Cathy, je me dévoile à mon tour en 11 questions...

1) Combien as-tu de paires de chaussures ? (rappel : chaussures= ni baskets, ni tongs)
Vingt-cinq. Vingt-huit si on compte mes Converses qui sont des baskets mais je trouve qu'elles comptent dans les chaussures quand même. Je ne compte pas les chaussures "fonctionnelles" bien entendu (chaussons de danse, chaussures de randonnées, etc...) mais j'ai de tout, des escarpins aux bottillons d'homme.

2) Tu passes ou as passé une bonne journée ? 
Oui, mais je suis un peu comateuse.
Je veux un coin détente comme ceci au bureau s'il vous plait.
(source : © Journal des Femmes / Cécile Debise)

3) Quel est ton chocolat préféré ?
Ça varie beaucoup, mais en ce moment c'est plutôt le Crunch. (Surtout celui aux amandes grillées et au caramel mais je n'en trouve plus nulle part !)
Mmmh bonjour vous, vous vivez chez vos parents ?
(source)

4) A qui était destiné ton dernier SMS ?
J., un ami qui vit dans le Sud de la France. Il m'a envoyé une blague l'autre jour : "pourquoi les bretons sont-ils frères ? Car ils ont Quimper". Je la connaissais déjà mais ça m'a fait rire et on a discuté un peu par sms hier du coup.
Mon ami vit ici. (Enfin... pas dans l'arbre hein !)
(source)

5) Quel est ton musée préféré ?
Madame Tussauds sur Marylebone Road à Londres. Enfin... je n'ai pas à proprement parlé de musée préféré, mais celui-ci est celui qui m'a le plus marqué.
Le fameux musée de cire.
(source)
Marie Tussaud est un personnage qui m'a beaucoup fasciné la première fois que j'ai visité ce musée. Née en France, elle a un peu voyagé avec son oncle de cœur qui l'a formé artistiquement parlant. A la Révolution, elle risque la guillotine à cause de ses relations avec la Royauté, mais elle est finalement graciée et on lui demande de réaliser les masques mortuaires de certaines personnalités telles que Marie-Antoinette ou Marat.
Quelques années plus tard, au début du XIXe siècle, Marie part en Angleterre pour présenter sa collection. Ce séjour qui ne devait pas être définitif initialement s'est éternisé - contre son gré au début, elle ne peut pas rentrer en France à cause d'une guerre - mais la Perfide Albion l'adopte finalement et Marie Tussaud s'installe à Londres où elle ouvre son Baker Street Bazaar (je vous laisse deviner dans quelle rue...). La fameuse Chambre de l'Horreur en devient immédiatement l'attraction principale, et c'est toujours un peu le cas. Rappelant, à l'époque, la Révolution française en présentant ses "victimes" et ses "assassins", cette Chambre évoque à présent également les grands drames londoniens tels que le Grand Incendie, la Peste, Jack l’Éventreur ou encore Henry VIII et ses six femmes (si mes lointains souvenirs sont bons).
Je clôturerai cette parenthèse avec quelques photos qui valent mieux que de longs discours.
On peut y croiser le couple royal, of course!
(source)
Une représentation de Marie Tussaud en plein travail.
(source)
Madame Tussaud
(elle fait froid dans le dos, un peu).
(source)

6) Un mot en 11 lettres que tu détestes ?
Radicaliser, ça m'évoque un appel à la violence et l'intolérance, à la brutalité.

7) Quel est le site internet que tu vas généralement consulter en premier ?
Facebook et Twitter chez moi, suivis de près par Betaseries en ce moment, et Outlook au travail.
Ou pas hein...
(source)

8) Crois-tu à la compatibilité amoureuse selon les signes astrologiques ?
Absolument pas ! J'ai déjà connu des personnes du même signe astro totalement différentes. On est tous unique, ça serait triste de croire que notre signe astro nous définit. 
Je trouve à l'astrologie le même intérêt qu'à l'horoscope, c'est plein de choses vagues (mais qui peuvent sembler parfois précises) qui peuvent correspondre à tout le monde et personne à la fois mais on peut s'en servir comme de conseils, un peu à l'instar des fortune cookies.

9) Une mauvaise habitude ou un tic de langage ?
Je zozote et je me ronge les ongles (je ne sais pas si la mauvaise habitude doit être nécessairement linguistique ou si c'est une question d'ordre général).
(Non, pas de photo.)

10) Comment savoir si un homme est un beau parleur ou non ?
En commençant par l'écouter, en l'observant. Certains signes ne trompent pas, et il ne faut pas hésiter à suivre son intuition qui - parfois - ne trompe pas.

11) Plutôt bête à poils ou bête à plumes ? 
Pour les animaux, je suis bête à poils, mais tu connais mon amour des plumes... ;)
L'indienne...
(source)
... ou la pin-up.
(source)
Je voue un culte aux paons. Si un jour je débarque avec un
paon sur la tête, ne soyez pas surpris outre-mesure.
(source)


Mmh... Ca fait vide, je vais combler avec quelques photos. *insère les photos à ce moment-là*


Et voici mes 11 questions :

1. Quel était le menu de ton dernier repas en date ?
2. A quel âge as-tu quitté le domicile parental ?
3. Si on te donnait la possibilité de partir en vacances où tu veux, demain, tout frais payés, sans avoir à te préoccuper de ce que tu laisses derrière toi, bref sans la moindre contrainte, tu pars où ?
4. Si tu devais résumer ta vie en ce moment en une photo/image, ça serait... ?
5. Combien de cartes as-tu dans ton portefeuille ?
6. Quel est ton fétiche, ton grigri, le petit truc dont tu ne te sépares jamais ?
7. Quel est le dernier livre (au sens général, je ne compte pas que les romans) que tu as lu ?
8. Quand tu étais petite (ou petit), tu voulais faire quoi « quand tu seras grande (ou grand) » ?
9. Peux-tu me conseiller ton restaurant préféré ou restaurant coup de cœur du moment ?
10. Quel est ton dessert préféré ?
11. Quelle question aimerais-tu me poser ? (J'y répondrai mais je m'autorise des droits de veto.)

(C'est moi ou j'ai quand même trois questions se rapportant à la bouffe ?)

Je vais vous avouer que revenant tout juste dans la blogosphère, je n'ai pas grand monde à taguer alors... Ceux qui veulent font ! :)

vendredi 12 avril 2013

Regarde le ciel...

... il est à toi, il est pour toi.
(Avec plein d'images et de photos parce que j'adore Aline, leur look et leur visuel, leur vie, leur oeuvre...)
Le temps passe trop vite. Je suis en stage depuis le début de la semaine, et j'ai l'impression de n'en être qu'à mon second jour et pourtant, c'est déjà une semaine qui a filé (comme une étoile).
Je dois absolument me mettre à faire les cartons car je déménagerai prochainement. D'ici mi-mai, on fera un premier trajet pour déposer les affaires dont je n'ai pas besoin au quotidien chez mes grands-parents, en attendant que je m'installe dans mon propre chez-moi. Et ces prochains mois, je vais beaucoup bouger, chez des amis, et dans ma famille. Je suis à la fois impatiente et... pas impatiente du tout. Dans le fond, même si je souhaite quitter Nancy depuis très longtemps et que j'ai toujours dis que je le ferai, ce n'est pas facile. Mais, enfin, vivement le retour dans ma Bretagne natale !

Donc voilà, cette semaine est passée bien vite et je n'ai pas eu le temps d'avancer dans mes cartons. J'ai eu quelque chose de prévu tous les soirs, et hier soir, j'ai été voir Aline en show-case acoustique.

Attention, ne faites pas ça chez vous.
Aline, c'est mon rayon de soleil du moment. Mon ami Malin m'a fait découvrir ce groupe et leur titre phare « Je bois et puis je danse » (qui a un petit côté "Porque te vas" si vous voulez mon avis) en début d'année, et ça a été un véritable coup de cœur. J'apprécie également leur simplicité, leur humour et leur accessibilité, je les trouve évidentes même à travers les réseaux sociaux. Et j'ai pu en avoir la confirmation hier, j'ai eu face à moi un groupe souriant et humain. Le chanteur, Romain, faisait quelques plaisanteries, c'était une belle ambiance. Et parce que j'ai envie de partager ce moment, et de le revivre en le lisant plus tard, voici mon "compte-rendu".

Je vous rassure, ils existent en vrai. Aline, ce n'est pas que des dessins.

.xxX Aline en show-case à la FNAC de Nancy, 11.04.2013 Xxx.

Ce soir-là, Aline passe en show-case à la FNAC. Ils sont en concert à L'Autre Canal le soir-même, mais je ne peux pas y aller (à mon grand regret) alors je suis bien décidée à les voir ici au moins. Ma tutrice accepte de me laisser partir une heure plus tôt, ce qui me laisse tout juste le temps d'arriver sur place.
En arrivant, je croise l'un des membres du groupe. Je l'ai fixé, enfin nous nous sommes plus ou moins dévisagé, le pauvre, il a dû se demander ce que je lui voulais. En attendant que mon coloc arrive, je croise finalement quasi tous les membres du groupe. C'est cool, au moins ils ne vont pas s'enfermer pour éviter le public, c'est plutôt bon enfant.
La salle n'est pas remplie, tant mieux... C'est tout petit. Mais nous sommes quand même un peu moins d'une dizaine. Le show-case commence un peu en retard, ce qui permet à G. d'arriver juste à temps pour le premier morceau.
♥ Bonjour, vous ! ♥
Aline nous a donc offert, en cette fin d'après-midi pluvieuse :
- Je bois et puis je danse,
- Elle m'oubliera,
- Hélas (qui n'est pas sur l'album mais qui est présente sur l'un des singles sortis sous le nom de Young Michelin, ils ont dû changer le nom de leur formation depuis à cause de... bah de Michelin),
- une reprise de Bidon d'Alain Souchon.
(Il me semble que je ne fais pas erreur, mais je suis un peu ailleurs en concert, je vis le moment à fond alors il m'arrive de ne pas avoir les idées bien en place en redescendant sur Terre.)

Il faut avouer que les chansons d'Aline se prêtent parfaitement bien à l’acoustique. Le chanteur nous dira plus tard, à moi et l'un des autres spectateurs, que la version électronique est quand même plus énervée, mais la version acoustique est vraiment sympa, plutôt similaire à l'album. On y retrouve le côté simple et joyeux au niveau musical, je trouve ça très frais. Bien sûr, il manque la batterie (et la basse, pourquoi ?). Mais ce qui me marque le plus, c'est la voix du chanteur. Je l'appréciais déjà énormément sur l'album, mais là je suis totalement envoûtée. Sa voix est plus chaude, plus douce, qu'en studio. Quand il pousse un peu, on ressent également sa fragilité (à la voix, pas au chanteur, lui je ne sais pas !). Je suis totalement conquise.

L'avantage d'une petite salle comme ça, et pas bondée en plus, c'est qu'on passe un moment quasi "intime" avec le groupe. On a souvent l'impression, en concert, que l'artiste nous regarde, nous, rien que nous, mais c'est faux. Déjà il ne voit rien avec les lumières et tout ça, mais en plus, même si nous ne sommes qu'une centaine, c'est déjà nombreux. En l'occurrence, impossible de se tromper, quand les regards se croisaient, c'était bien nous qu'ils regardaient. Pour ma part, j'ai vraiment eu l'impression de partager un moment de complicité.

Un peu de tout ce qui fait Aline, et un clin d'oeil aux Young Michelin.
Romain Guerret me fait rire à un moment, il annonce qu'ils allaient reprendre du Souchon, qu'il n'annonce pas le titre car nous allons reconnaître, enfin il espère car ils ne sont pas là pour massacrer du Souchon. Donc ils commencent à jouer, il commence à chanter et s'arrête dès la première phrase. Ils reprennent, le premier couplet et le refrain passent, et sur le second couplet, il a un gros trou de mémoire, il a répété trois fois la première phrase avant de se reprendre. Enfin, ça ne semble pas trop le déstabilisé, c'est même plutôt mignon.

A la fin du concert, le chanteur annonce qu'ils filent car ils sont attendus à L'Autre Canal pour les balances.
Je croise une bonne partie du groupe est dehors, au pied de la FNAC, et je me lance sans trop réfléchir (après avoir un peu tergiversé quand même). Finalement, je suis accueillie avec de grands sourires et beaucoup de gentillesse. Romain est tout particulièrement sympathique, je me suis sentie à l'aise au point d'échanger quelques mots (pour la timide que je suis, je vous assure que ce n'était pas gagné d'avance). Un moment magique qui m'a mis beaucoup de baume au cœur.

Maudits garçons.
J'ai donc vu Aline en show-case acoustique, et cela n'a fait que confirmé mon engouement pour ce groupe. Je me demande s'ils savent à quel point ils peuvent avoir un impact positif sur leur public. En tout cas, c'est le cas pour moi. J'aimerais trouver les mots pour les remercier, parce que leur musique et leurs textes me parlent, parce qu'ils me touchent énormément. Je n'ai su que "balbutier" quelques "merci", mais je pense qu'ils ont été reçu avec sincérité. 

Les photos ne sont pas de moi, elles proviennent du blog ou de la page Facebook du groupe pour la plupart, sauf la quatrième photo que j'ai trouvé sur un article de L'Express mais qui semble être reprise régulièrement dans des articles de divers magazines et journaux.
Pictures are not mine, they come from Aline's blog or Facebook account except the fourth one. I found it in a newspaper article.