samedi 30 mars 2013

Le monde tourne, il ne tourne pas rond, et on tourne en rond.

Voir la vie en rond.

Ce que j'apprécie, avec le hula-hoop, c'est que pour progresser, pour apprendre un mouvement, il faut « comprendre son cerceau ». Il faut décortiquer le mouvement, comprendre le principe, comprendre comment le cerceau bouge sur ce mouvement, apprendre à ne pas casser le mouvement du cerceau, comprendre comment notre corps interagit avec le cerceau, etc...

Pour le mouvement de base de rotation aux hanches, par exemple, j'ai plus facilement compris en effectuant ce mouvement de rotation à la main, c'est plus intuitif (qui n'a jamais fait rouler un cercle autour de sa main ou de son doigt ?). Une fois que le principe est compris, il faut pratiquer encore et encore, pour que cela devienne naturel, et plus encore pour que les gestes soient moins saccadés.

J'ai commencé à faire de la danse classique au niveau adulte débutant en septembre dernier, et j'ai déjà pratiqué de la danse modern jazz étant plus jeune. Ce principe de décortication est le même pour toutes les danses, je vous l'accorde. Je trouve cependant qu'avec un hoop (ou avec un accessoire d'une manière générale), ça compte beaucoup plus. On peut danser intuitivement, sans avoir saisi l'ensemble du mouvement point par point, éventuellement même se tromper et que cela passe inaperçu. Avec un accessoire, et un cerceau en l'occurrence, c'est plus compliqué car le cerceau tombe si on casse sa rotation.

Je progresse extrêmement lentement, mais je sens que je progresse. Quand je parviens à saisir une figure, je suis vraiment heureuse et fière de moi.

Bien sûr, ce n'est pas évident de travailler seule, avec la simple petite aide de tutoriels sur Youtube ou quelques sites. D'autant que chacun a son "truc" pour réussir tel mouvement, et on adhère mieux à certains concepts qu'à d'autres. L'avantage d'un véritable cours, c'est que la prof (ou le prof, pourquoi pas) peut adapter ses conseils.

J'ajouterai, pour finir, que faire du hula-hoop me fait du bien. Je sens de plus en plus que ça fait travailler mon corps et mes abdos. Mais en plus, je me sens bien moralement quand je fais du hula-hoop, tout comme lors de mes cours de danse classique d'ailleurs (même si le niveau est peu élevé). C'est bon pour le corps et l'esprit, c'est un moment positif, un instant de retrouvailles avec soi-même.

La photo utilisée n'est pas de moi, elle est de @somekind0fblue, je l'ai trouvé sur la page Facebook de Hoopnotica.
This picture is not mine, it was made by @somekind0fblue, I found it on Hoopnotica's Facebook page.

vendredi 29 mars 2013

J'irai dormir chez vous.

Cette photo n'a aucun rapport, mais je l'aime bien.

Il y a bientôt un an, j'ai décidé de postuler en licence pro pour approfondir mes connaissances dans mon domaine de prédilection (les livres). Alors que je cherchais un hébergement ou un hôtel pour un entretien, Lady Cathy avait évoqué la solution du couchsurfing. Je connaissais déjà ce principe, grâce à quelques reportages. M'étant toujours dis que j'essaierai un jour, je me suis dis, pourquoi pas ?
Finalement, l'entretien a eu lieu sur Skype. Mais lorsque j'ai été acceptée dans cette licence, que j'ai choisi de la faire à distance, et que j'ai dû partir quelques jours tous les deux ou trois mois, je me suis lancée.

Je crois que mes amis et mes proches ont flippé plus que moi. ;)

J'avoue, partir en covoiturage et dormir chez un inconnu, ce n'était pas ce qu'il y a de plus rassurant. Mais de mon point de vue, ce n'était pas inquiétant, je vous explique pourquoi.
Dans les deux cas, on passe par l'intermédiaire d'un site Internet, des informations sont données et peuvent être plus ou moins vérifiées (notamment grâce à un système d'avis laissés), on ne se lance pas à l'aventure aveuglément.

Le covoiturage, de plus en plus répandu en France, peut se trouver sur un site bien connu que je ne citerai pas dans cet article (mais dans les commentaires, si vous le souhaitez). Il permet à des conducteurs et à des passagers d'entrer en contact, de se faire une première impression avec une fiche et des avis laissés par des précédents covoitureurs. Nos coordonnées sont vérifiées par l'équipe, on paye en ligne, et il y a des règles. Si le conducteur annule le trajet, nous sommes prévenus et remboursés. Si nous annulons, nous sommes remboursés totalement (en dehors bien sûr de la marge prise par le site au passage) ou partiellement selon la date à laquelle on annule. Soit la réservation est acceptée d'office, soit le conducteur doit la valider, et nous obtenons le numéro et on entre en contact directement.
Lors du voyage, le passager a un code à donner au conducteur pour que ce dernier soit payé par le site.
Cela peut paraître inquiétant de voyager avec une personne qu'on ne connait pas, mais en général ce sont des personnes plutôt sociables qui ont recours à ce genre de procédé. Une personne préférant voyager seule n'ira pas spontanément vers le covoiturage.

Il en va de même pour le couchsurfing, (et là encore, le site est facile à trouver, je ne le citerai pas dans l'article mais éventuellement dans les commentaires) et je dirais même plus encore, car il n'y a aucun enjeu financier dedans (réduire les coûts du voyage, etc...). En aucun cas il ne doit y avoir de transaction d'argent, tout est vraiment basé sur le partage. Bien sûr, il y aura toujours des personnes pour voir ça comme un hôtel gratuit, mais c'est bien triste. En couchsurfant, on s'engage à partager des moments avec son hôte, on joue le jeu.
Les fiches aident à se faire une idée sur la personne qui est face à nous (qu'on soit l'hôte ou le couchsurfer), grâce à la description mais aussi grâce aux avis laissés par les précédentes rencontres faites. Quand on couchsurf, on envoie ensuite une requête d'hébergement en deux paragraphes.
Le premier explique la raison de notre venue et peut-être publiée à tous les hôtes de la ville concernée si on le souhaite, ce qui permet à d'autres hôtes de nous proposer un hébergement éventuellement.
Le second est uniquement destiné à la personne à qui on envoie une requête, on y explique pourquoi sa fiche nous a particulièrement intéressé par cette personne plutôt qu'une autre.
Suite à cette requête, et si la personne est disponible, on discute un peu, ça rassure aussi.
Il est de bon ton de ramener un cadeau à son hôte, qui nous offre un toit et un peu de son temps après tout, ou de lui payer le resto, lui cuisiner un bon repas, etc... Et je ne sais pas vous, mais je préfère de loin chouchouter quelqu'un et passer de bons moments avec plutôt que de payer une chambre d'hôtel et m'y retrouver seule le soir.

C'est sûr qu'on s'entend mieux avec certaines personnes qu'avec d'autres, que ce soit pour le covoiturage que pour le couchsurfing. En ce qui me concerne, je n'ai néanmoins jamais eu d'expérience négative. J'ai même des choses plutôt drôles à raconter, comme par exemple la fois où j'ai covoituré de Paris à Cholet, malade, la voix esquintée, et en essayant de bavarder malgré tout avec la conductrice qui me poussait à la discussion, ou encore, mon dernier couchsurf en date, chez une charmante demoiselle avec qui je me suis découvert une foule de points communs et avec qui j'ai passé des moments extraordinaires.

Et vous, êtes-vous plutôt méfiantes ou enthousiastes ?

La photo n'est pas de moi, je ne sais plus où je l'ai trouvé ni de qui elle est. S'il s'agit de votre photo, merci de me le signaler !
This picture is not mine, but I don't remember where I found it and who made it. If it's yours, thanks to notify me!

vendredi 22 mars 2013

Tout le monde ment.

Récemment, je regardais la saison 6 de Docteur House. Oui, je sais, j'ai énormément de retard, mais j'ai soudainement arrêté de regarder en cours de saison 6 pour... sans raison en fait, et du coup là je me rattrape. Bref, j'ai revu l'épisode 15 (Lecture pour tous - Private lives) sur la jeune femme qui tient un blog et qui y raconte toute sa vie. Mais si... vous savez ! Elle !
Vouée corps et âme à son blog comme toute bonne blogueuse se respectant !  ;)
Et ça m'a renvoyé à toutes ces questions qu'on peut se poser quand on blogue, que dire, jusqu'où aller, quel cadre s'imposer ? Et tant d'autres questions.

Par exemple, je tiens ce blog que je souhaite plus ou moins anonyme. La tentation est forte d'en parler parfois à des proches, mais seules deux amies ont cette adresse. Par le passé, tout mon entourage avait accès à mon blog, et je me suis parfois sentie limitée. Je ne pouvais pas aborder tous les sujets dont je souhaitais parfois parler (notamment ma rupture avec A. après 4 ans de relation, il avait l'adresse de mon blog et je préférais qu'il ne puisse pas lire ce que j'aurais pu écrire à ce sujet).
Car là est tout le paradoxe, cette grande « liberté » que nous a laissé Internet, la possibilité de nous répandre sur un sujet en étant protégé, anonyme, derrière son clavier et son écran. On se sent protégé, à l'abri envers et contre tous, et on se dévoile plus encore à des inconnus alors que nous sommes incapables d'être entièrement franc envers ceux qu'on connait, sous prétexte de tact et de savoir-vivre. Étrange, non ?
Pourtant, on peut se dire que des proches tombant sur notre blog nous reconnaîtraient bien facilement aussi.

Les modèles varient, blog anonyme ou non, sur un sujet ou plusieurs, etc... Toujours eut-il que ce type de blog où l'on raconte sa vie, de type "humeur" ou "journal", ou même en allant plus loin avec les blogs mode, maquillage, les blogs de mères, etc... Et ces blogs ont du succès, comme quoi, on aime raconter sa vie mais on aime lire celle des autres également.
Et on fait connaissance avec des personnes qu'on n'aurait jamais rencontré. Certains fustigent ce moyen sous prétexte qu'on établie des relations virtuelles avec des personnes éloignées alors que nous sommes incapable d'en établir avec nos voisins. Tiens, c'est plutôt similaire à l'idée de parler à des inconnus et non à nos proches. Enfin... pour ma part, je trouve ça enrichissant. La blogosphère doit être prise avec du recul, on peut y trouver pas mal de bêtises, certes, mais c'est aussi très intéressant d'échanger avec des personnes qui nous comprennent, ont peut-être traversé ce qu'on traverse, si toutefois on sait prendre un peu de recul face à tout ça. Tout comme Frankie l'explique dans cet épisode de Docteur House : elle raconte sa vie et recueille les avis et conseils de ses lecteurs avant de prendre une décision, mais elle reste entièrement maîtresse de sa décision.

Frankie dit tout sur son blog, elle ne souhaite avoir aucun secret, n'hésitant pas à évoquer ses disputes et ses relations sexuelles avec son petit ami quand bien même celui-ci la supplie de ne pas le faire. Elle veut être entière face à ses lecteurs, ne pas commencer à faire le tri dans ce qu'elle veut bien publier ou non. Je me demande si ça se défend.
Pour ma part, j'ai trouvé ça plutôt indécent sur le coup, surtout vis à vis de son petit ami. Puis je me suis dis que je fais pire encore, car son petit ami est au courant au moins, alors que les personnes dont je parle ici, je ne les préviens pas forcément. Bon, je ne cite aucun nom, mais tout de même...
Néanmoins, si quelqu'un savait ou apprenait que j'ai écris à son sujet et me demandait de retirer ma note, je le ferais (après discussion et argumentation certes, mais je le ferais), avec regret mais par respect. Et je trouve ça incroyable que Frankie soit aussi intransigeante à ce sujet, je trouve que c'est plutôt odieux envers son petit ami.
Enfin, de toute façon, je pense que tout n'est pas intéressant à lire. Enfin si je vous raconte que j'ai fais des gratouilles à mon écureuil du Chili, il a beau être très mignon, je doute que ça intéresse grand monde.
Mais il est vraiment mignon !

Ce qui me choque le plus, dans cet épisode, c'est la réflexion que Frankie fait à son petit ami à un moment ; elle aimerait qu'il ait un blog afin qu'elle puisse savoir à quoi il pense. Mais sérieusement, déjà rien ne certifie que son petit ami serait aussi entier et franc sur son blog. Et surtout, ils peuvent communiquer sans utiliser un blog, ils vivent sous le même toit quand même...

Enfin voilà, je me demande surtout s'il existe réellement, à travers le monde, une personne (attention, je parle bien d'un individu lambda et non d'une célébrité pour qui la vie jetée en pâture est de toute façon un passage obligé) raconte tout, absolument TOUT, à l'instar de Frankie. Je suppose que oui, on trouve de tout.
En ce qui me concerne, c'est quasi instinctif. Si je bloque sur un message, je le laisse de côté temporairement ou j'abandonne l'idée, j'ai besoin de l'écrire rapidement, spontanément sinon je n'en suis pas satisfaite du tout (ce qui ne m'empêche pas de le relire une dizaine de fois et de l'éditer légèrement, parfois même des semaines ou des mois après, bref de le retravailler).
Et vous, blogueurs et blogueuses, vous dites tout ? Vous triez ? Sur quels critères faites-vous ces choix ?

La première photo n'est pas de moi, elle vient de Docteur House. La seconde photo est la mienne, il s'agit de mon animal de compagnie, Gizmo.
First picture is not mine, it's from House, M.D. Second picture is mine, it's my pet, Gizmo.

jeudi 21 mars 2013

All you need is love? Le voeu de célibat.

Un joli moment de complicité, ça me laisse rêveuse !

Voilà, ce blog est ouvert, je voulais parler de plein de choses, et finalement, j'ai quasi le syndrome de la page blanche. Puis je me suis rendue compte que j'ai surtout envie de parler d'amour, de relations, etc... balancer mes élucubrations sur le sujet.
Je pense que c'est un éternel sujet, pas seulement pour moi mais pour tout le monde toutes les filles. (Si toutefois ce n'est pas votre cas, n'hésitez pas à crier votre désaccord dans les commentaires !) C'est un peu la facilité, quelque part, c'est universel, même quand on ne connait pas une situation spécifique, on a toujours un avis à donner.

Universel, vous dis-je !


Bref... ce soir, cette idée d'article m'est venu. Nous discutions avec Lady Cathy et Cha, et nous sommes toutes les trois célibataires en même temps (ce qui est plutôt rare, en 6 ans, ce n'est que la deuxième fois que ça arrive, la première fois n'ayant duré qu'un mois approximativement il me semble). Cha a souhaité faire voeu de célibat pour une année. Cathy, et ensuite moi, avons décidé de la suivre dans ce voeu, chacune pour des raisons qui nous sont propres je suppose. Je ne m'étendrai pas sur les leurs, l'espace commentaire les laisse libre de les révéler si elles le souhaitent, et je peux même publier leurs réactions dans cet article si elles le veulent, mais voici les miennes.

Ma dernière relation amoureuse, avec G. le chaotique, ne m'a pas laissé si indemne que j'aurais aimé le croire. C'était une relation destructrice, et nous séparer a été la meilleure décision à prendre. Pourtant, actuellement je l'adore autant que je peux le détester, je suis incapable de couper les ponts avec lui.
D'un autre côté, il y a le Versaillais qui est parti vivre loin de moi, et qui est pourtant celui qui me fait rêver plus que tout autre. Chaque homme que je rencontre me semble fade comparé à lui.
En ce qui concerne ma vie personnelle, je souhaite déménager, trouver un travail, et c'est une priorité pour moi en ce moment. Je n'ai pas tellement envie de m'encombrer l'esprit avec un homme. Je suis loin d'être une petite chose fragile dépendant d'un homme, mais j'accepte de faire des sacrifices en attendant la même chose de l'autre côté. Cela m'a poussé à rester dans ma région pour un homme alors que je devais déménager (ce n'était pas la seule raison mais ça a compté), tout en comptant sur lui pour qu'on bouge ensemble plus tard. Le résultat est éloquent, nous sommes séparés désormais. Ca n'en vaut pas la peine, mes ambitions doivent passer avant, c'est injuste d'imposer ça à quelqu'un après coup.

Pour ces quelques raisons, et pour me retrouver, j'ai besoin d'un peu de temps avant d'envisager d'être à nouveau en couple.

Laissez mon petit coeur tranquille !

Alors voilà... on fait quoi dans ce cas-là ? On établit un contrat ? Je vais me permettre d'être très conciliante, je vous préviens !

Règle n°1 : Le voeu de célibat dure un an.
Règle n°2 : Tout homme ne souhaitant pas respecter notre contrat n'en vaut pas la peine.
Règle n°3 : Le voeu de célibat ne s'accompagne pas nécessairement d'un voeu de chasteté (c'est une clause que je m'accorde !).
Règle n°4 : Je me réserve le droit de rompre ce voeu quand je le souhaite (!). Toutefois, j'aimerais au moins régler ce que j'ai à régler avant de me lancer tête baissée dans une relation amoureuse.

Ce contrat débutera entre le 26 mars 2013 à 23h59 et le 27 mars 2013 à minuit.

Edit : je n'ai pas tenu un an, mais presque 8 mois tout de même.

Ces photos et images ne sont pas de moi, mais je ne me souviens plus où je les ai trouvé. Merci de me le signaler s'il s'agit des vôtres.
Pictures are not mine, but I don't remerber where I found them. Thanks to notify me if they are yours.